Je me mis à danser comme sait le faire un stripteaseuse  qui va s’effeuiller et savoir érotiser  chaque partie de son corps pour se faire désirer. Moi j’avais ma crinière, ma queue et mes hanches, mes fesses, mon sexe qui suivait la cadence, plus où moins visible suivant les mouvements, mes jeux de jambe, mes cambrures. Je ne me prenais plus les sabots dans mes quatre pattes.  Etais-je devenue bipède ? Qu’est-ce qu’il m’arrivait ?    L’animal monstrueux qui était devant moi me regardait les yeux écarquilles et bandant son sexe qui là, encore sur quatre pattes, touchait presque le sol. Il

releva sa masse vers le ciel à peine visible et ce fut pour moi un spectacle que seul un  morphing sait faire. Je le vis devenir bipède

La suite immédiate vous l’avez devinée. Nous fîmes l’amour comme des bipèdes  mais aussi comme des animaux que nous étions quelques instants avant quand nous avions quatre pattes au sol.