Au fil des jours des centaines de fichiers jamais achevés des cartons à dessins qui se remplissaient des réalisations qui envahissaient le temps  et pas seulement j’ai perdu le fil.

C’est un projet sans fil et donc sans filet. Il n’est pas fait que de bonnes intentions car la société et son social ont bien changé, les modes de communication ses messages et ses médias aussi, la perception du spectateur. La forme a explosé. Nous sommes dans un flux sans fin qui nous emporte malgré nous.